Liberty-Walk-Lamborghini-Aventador-Gulf-Livery-2018-front-light

Liberty Walk Aventador Gulf livery : aero style brutal avec bloc V12 6.5L

17/10/2018 - Ewen LJ Team Principal DESIGNMOTEUR - Auto custom - ,

La marque de fabrique de Liberty Walk, entreprise créée par Kato-San, est de transformer une supercar via des extensions d’ailes vissées, rendant les voitures très massives. Le bodykit by team Liberty Walk apporte le style bleu et orange de la livrée Gulf à la Lamborghini Aventador, également enrichi par des pièces aérodynamiques supplémentaires qui allège le poids de la supercar et son style amazing devient « c’est du lourd » ! Son son aussi est lourd via le V12 de 700 ch.

Parmi les nombreuses livrées qui distinguent les voitures de course qui ont marqué l’histoire du sport automobile, il y a sans aucun doute le Gulf qui mélange le bleu et l’orange, un look qui a été appliqué à un grand nombre de modèles.

Heritage Gulf Oil motorsport

Gulf Oil était surtout synonyme d’association avec la course automobile, puisqu’il a parrainé l’équipe John Wyer Automotive dans les années 1960 et au début des années 1970.

Le schéma de couleurs bleu clair et orange associé à ses Ford GT40 et Porsche 917 est l’une des couleurs de course les plus célèbres de l’entreprise et a été reproduit par d’autres Teams sponsorisées par Gulf Oil.

Une grande partie de sa popularité est attribuée au fait que dans le film Le Mans de 1971, le personnage interprété par Steve McQueen, Michael Delaney, pilote pour l’équipe Gulf Oil.

À la même époque, Gulf Oil a également parrainé l’équipe McLaren à l’époque de Bruce McLaren, qui utilisait un schéma de couleur orange papaye avec du bleu Gulf Oil pour le lettrage.

Cet été Ford a présenté sa MY2019 GT avec une livrée Gulf.

Design Liberty Walk Aventador Gulf livery

On remarque le gros travail effectué par le team Liberty Walk Works, qui a créé un kit aérodynamique spécialement pour la Lamborghini Aventador. Le Team AK Produce a géré pour la livrée Gulf.


Avec le kit Liberty Walk, la supercar Automobili Lamborghini prend une allure encore plus brutale, rehaussée par le style expressif de la livrée Gulf color custom associé de ses stickers sponsor racing.

Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery - 2018 - front side-face
Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery – 2018 – front side-face

Les composants aérodynamiques supplémentaires sont en noir et s’harmonisent bien avec les couleurs vives de la carrosserie bleu clair/orange.

Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery - 2018 - rear side-face
Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery – 2018 – rear side-face

Châssis Liberty Walk Aventador Gulf livery

Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery - 2018 - front wheel - Forgiato
Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery – 2018 – front wheel – Forgiato

Les jantes noir en alliage by Forgiato, monté de pneus Pirelli P ZERO.

Moteur Liberty Walk Aventador Gulf livery

Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery - 2018 - front side view
Liberty Walk Lamborghini Aventador Gulf Livery – 2018 – front side view

FI Exhaust

L’Aventador développe 700 ch. grâce à son moteur V12 6,5L. LB ajoute un échappement FI Exhaust.

La technologie du système d’échappement Frequency Intelligent Valvetronic permet via un contrôle d’échappement ECU (Engine Control Unit) intelligent, avec un accent particulier sur l’optimisation de l’acoustique et des performances. 

Lorsque les soupapes sont complètement ouvertes pour un débit et une puissance maximum, cela crée une sonorité exotique et permet d’obtenir des performances élevées. Le mode automatique permet au système de détecter le régime du moteur et de commuter intelligemment les profils d’échappement de confort et de course. 

Under the hood V12 Lamborghini

Bizzarrini insisted that the engine was mechanically capable of reaching 400 brake horsepower (298 kW; 406 PS) at 11,000 rpm with an uprated fuel system, but the design was judged adequate, and when fitted with production carburettors, all the auxiliary systems, and detuned for road use, the engine still made 280 brake horsepower (209 kW; 284 PS).

Over the years, this V12 engine has nearly doubled in displacement – first to 6,192 cubic centimetres, and later to 6,496 cubic centimetres (396.4 cu in). It has seen the modification of the cylinder heads to allow four valves per cylinder, the replacement of Weber carburettors with electronic fuel injection, and the re-engineering of the lubrication system from a wet sump to a dry sump design. However, the engine that powers the current Murciélago LP 640 can trace its lineage directly to the F1-inspired design of Bizzarrini and his team more than forty years ago.

Since Lamborghini was purchased in 1998 by the German Volkswagen Group subsidiary AUDI AG, the V12 engine continued undergoing constant upgrade, growing its displacement from 5.7 liters to the final 6.5 liters (Murciélago LP670-4 Superveloce).

It tooks years to decide that a new-from-scratch engine was needed and finally the made the decision: Lamborghini’s all-new L539 6.5 litre engine for their 2011 Aventador produces 700 PS (510 kW; 690 hp), is 18 kg lighter, is ‘over-square’ (bore:95 mm – stroke:76,4 mm) and has a different firing order: 1–12–4–9–2–11-6–7–3–10–5–8 instead of 1–7–4–10–2–8–6–12–3–9–5–11.

Il se passe quoi dans un moteur automobile ?

Pour reprendre les bases rapidement.

L’alésage est le diamètre interne de chaque cylindre.

la course est la distance maximum parcourue, entre le « point mort haut » et le « point mort bas », par un piston dans son cylindre.

Le nombre de cylindres ? C’est le nombre d’endroits où un piston coulisse dans un cylindre quelle que soit la configuration du moteur.

Ce cycle dit « de 4 temps » est caractérisé par quatre temps ou mouvements linéaires du piston :

  1. Admission : Le cycle commence au point mort haut, quand le piston est à son point le plus élevé. Pendant le premier temps le piston descend (admission), un mélange d’air et de carburant venant du carburateur ou de l’injection est aspiré dans le cylindre via la soupape d’admission.
  2. Compression : La soupape d’admission se referme, le piston remonte comprimant le mélange admis.
  3. Combustion-Détente : Le mélange air-carburant est alors enflammé, habituellement par une bougie d’allumage, un peu avant le deuxième point mort haut (remontée complète du piston). La pression des gaz enflammés portés à haute température produit la combustion complète du mélange air-carburant et l’expansion des gaz, ce qui force le piston à descendre pour le troisième temps (combustion-détente)
  4. Échappement : Lors du quatrième et dernier temps la soupape d’échappement s’ouvre pour évacuer les gaz brûlés poussés par la remontée du piston.

V12 ? V6 ?

On désigne par V12 un moteur à explosion comportant 12 cylindres disposés en V.

Son angle naturel entre les cylindres est de 60 degrés fin d’avoir une régularité cyclique idéale : une explosion l’ensemble des 60 degrés de rotation vilebrequin. Lorsqu’il est construit avec un tel angle, c’est l’unique architecture moteur, avec le 6 cylindres en ligne, à être naturellement équilibrée.

Le V6 est un moteur avec cylindres en V basé sur l’accouplement de deux bancs de trois cylindres qui fonctionnent en alternance et dont les bielles de chaque piston entraînent ensemble un vilebrequin. Alors qu’un moteur 4 temps 12 cylindres en V à 120° peut être équilibré parfaitement (statiquement et dynamiquement) avec 3 temps moteurs par tour de vilebrequin, un V6 quatre temps à 120° ne pourra être qu’imparfaitement équilibré d’un point de vue dynamique avec 1,5 temps moteur par tour. En revanche, le V6 pourra être deux fois plus court et moins lourd qu’un V12, d’où son intérêt dans l’industrie automobile

Les manetons (partie cylindrique d’un vilebrequin assurant la liaison pivot) sont alignés 2 à 2 dans le cas du 6 cylindres en ligne, correspondant à l’alignement de deux vilebrequins de 3 cylindres en ligne.

12 cylindres / 4 temps ==> 3 temps moteurs par tour (360°/3 = 120°)
6 cylindres /4 temps ==> 1,5 temps moteur par tour


Heritage V12 Lamborghini

Le douze cylindres qui équipe l’Aventador, roi des moteurs et fer de lance de la marque. Le tout premier modèle créé par Ferruccio Lamborghini – la 350 GT – est apparu sur le marché en 1964, équipé d’un moteur douze cylindres révolutionnaire pour l’époque. Il affichait déjà une cylindrée de 3,5 litres et une puissance de 320 ch., des chiffres qui n’ont cessé d’augmenter au fil des décennies.

Les usines de Sant’Agata ont en effet continué à produire des supersportives répondant successivement aux noms mythiques de Miura, Espada, Countach, Diablo, Murciélago… toutes équipées de moteurs V12 et toutes entrées au panthéon des légendes de l’automobile.

Dans la catégorie des voitures affichant une cylindrée de 5 litres, la présence de dix cylindres est idéale, comme en témoigne le célèbre moteur de la Gallardo. Mais pour une cylindrée de 6,5 litres, le nombre parfait est douze. Un nombre inférieur de cylindres exigerait des bielles et des pistons plus longs et plus lourds, ce qui nuirait aux propriétés du moteur à haut régime.

Bien que difficiles à mettre en œuvre, les spécifications du nouveau douze-cylindres – baptisé L539 au niveau interne – ont été rapidement définies : plus de puissance et de couple que son prédécesseur (qui équipait la Murciélago), mais aussi un bloc plus compact et plus léger afin de permettre un centre de gravité plus bas.

Under the hood engine inside Lamborghini V12

Lamborghini Aventador - V12
Lamborghini Aventador – V12

Le moteur V12, conçu à Sant’Agata Bolognese, révèle ses grandes caractéristiques, avec un alésage de 95 mm et une course de 76,5 mm, un angle de 60%, une puissance maximum obtenue à 8.250 tr/min et un couple atteint à 5.500 tr/min. Le vilebrequin et les culasses sont réalisés dans un alliage d’aluminium et de silicium, et la lubrification s’opère par carter sec. Assez compact (pour un V12 s’entend) avec seulement 784 mm de long, 848 de large et 665 mm de haut, il pèse 235 kg.

En 2010, les ingénieurs de Sant’Agata sont partis d’une feuille blanche. Il en conserve uniquement l’architecture : 12 cylindres en V, les bancs de cylindres formant un angle de 60 degrés, et la cylindrée, de 6.5L

L’équipe R&D s’est donc attablée devant une page blanche – au sens figuré bien sûr. Pour tout ce qui a trait à la conception et au développement, Sant’Agata dispose des systèmes et des équipements les plus sophistiqués. De leurs recherches est né le V12, un moteur doté d’un angle classique de 60 degrés entre les cylindres et par conséquent étonnamment compact.

En effet, le bloc moteur ne mesure que 665 mm de la base au sommet, système d’admission d’air compris. En largeur, il ne mesure que 848 mm, collecteur d’échappement compris, tandis qu’en longueur, il fait à peine 784 mm. Son poids de 235 kg est relativement faible également, chaque kilo représentant un peu moins de 3 chevaux de puissance maximale.

Ce V12 6,5 litres dont le nom de code est ‘L539’ offre à l’Aventador 700ch, soit un gain de puissance de 30 chevaux par rapport à la LP670-4 SV, ultime évolution de la Murcielago. Le L539 est encore plus puissant que l’ancien sous le capot de l’époque d’avant l’Aventador. Lors de sa sortie, avec ses 700 ch. et surtout 690 Nm de couple, c’était déjà chiffres exceptionnels pour un moteur atmosphérique.

Le taux de compression passe à 11.8:1, une gestion électronique ultra sophistiquée venant éviter tout risque de détonation.

Dans un moteur thermique à piston, le taux de compression est le rapport entre le volume interne du cylindre lorsque le piston est au « point mort bas » et le volume restant au « point mort haut ».

Ses dimensions sont plus compactes, la hauteur hors tout ayant diminué de 75 mm, grâce à un nouveau carter sec moins profond, et le poids a été réduit de 17 kilos, le tout permettant un abaissement sensible du centre de gravité, au bénéfice de la tenue de route.

Lamborghini Aventador - V12 - engine - gearbox
Lamborghini Aventador – V12 – engine – gearbox

L’injection classique, indirecte, est conservée, les ingénieurs de Lamborghini estimant qu’une injection directe limiterait la puissance maxi atteignable. Les circuits d’huile et d’eau ont été particulièrement étudiés dans le but de réduire au maximum le temps de chauffe lors des départs à froid. Pour ce faire, Lamborghini a mis au point un dispositif de refroidissement à plusieurs circuits et à 8 pompes. Cela a deux conséquences : une réduction importante de la consommation et des émissions de gaz à froid, et une moindre usure de la mécanique.

ordre d’allumage ?

L’ordre d’allumage est lié à la conception du moteur.

L’ordre d’allumage est choisi pour obtenir la meilleure répartition thermique homogène du moteur afin d’éviter les contraintes mécaniques qu’elle entraîne à cause de la dilatation de la matière. L’ordre d’allumage est défini au départ par la conception du villebrequin et de l’ensemble arbre à cames. Cela détermine tous les réglages du moteur.

L’ordre d’allumage correspond au passage successif des pistons au point mort haut, au début de la course motrice.

On cherche donc à obtenir un couple moteur aussi régulier que possible en évitant les allumages consécutifs de deux cylindres voisins.

Et Lamborghini signe ses moteurs V12 d’une suite de nombre :
1–12–4–9–2–11-6–7–3–10–5–8

Lamborghini Aventador - V12 - badge
Lamborghini Aventador – V12 – badg

firing order?

L’ordre d’allumage est la séquence de délivrance de puissance de chaque cylindre dans un moteur multi cylindres.

Ceci est obtenu par l’étincelage des bougies d’allumage dans l’essence.
dans l’ordre correct, ou par la séquence d’injection de carburant dans un moteur diesel. Lors de la conception d’un moteur, choisir un allumage approprié.

L’ordre est essentiel pour minimiser les vibrations, améliorer l’équilibre du moteur et réduire les vibrations. Un fonctionnement sans à-coups, pour une longue durée de vie du moteur et une grande facilité d’utilisation
et influence fortement la conception du vilebrequin.

Dans un moteur à essence, l’ordre d’allumage est obtenu par le placement des fils des bougies d’allumage sur le distributeur. Dans un moteur moderne à allumage direct et l’unité de commande du moteur (ECU) ou le système de gestion du moteur s’occupe de la séquence d’allumage correcte.

1-7-5-11-3-9-6-12-2-8-4-10 = Ferrari 456M GT V12
1-7-4-10-2-8-6-12-3-9-5-11 = Lamborghini Diablo VT
1-4-9-8-5-2-11-10-3-6-7-12 = Caterpillar Inc. 3412E
1-12-5-8-3-10-6-7-2-11-4-9 = Audi VW Bentley W12 engine
1-12-7-6-3-10-11-2-5-8-9-4 = Rolls-Royce Merlin
1-12-4-9-2-11-6-7-3-10-5-8 = Lamborghini Aventador

Voilà, on a la base du V12 tel qui était présenté en 2011 pour la Lamborghini Aventador LP700-4. Et on retrouve ce V12 en 2018 reoptim’ à 770 ch. sur la récente SVJ.

Source et images :
design via Liberty Walk, Forgiato.com
moteur via Automobili Lamborghini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *